Science et fraude

14 Octobre 2013

Crédits : Philippe Jasmin

Nous avons placé ce débat sous deux angles : les fraudes et raccourcis volontaires... et les chercheurs "sous influence".

Le premier met en cause le fait que les chercheurs travaillent sous pression, ce qui peut les pousser à être moins rigoureux qu’ils le devraient, voire à plagier des résultats, à falsifier des données. Et selon les données des chercheurs Philippe Mongeon et Vincent Larivière, il n'y a pas que le fraudeur qui écope mais aussi ses collègues, et souvent les étudiants-chercheurs. Certes, les cas documentés de mal-conduite scientifique demeurent peu fréquents, mais ils augmentent à chaque année.  Un blogue a même été créé pour surveiller les tricheurs et les copieurs, et dénoncer les abus. Le milieu universitaire refuse d’en parler ouvertement. Et pourtant, des solutions existent.

L'autre angle du débat porte sur les erreurs commises de bonne foi par des chercheurs influencés par ceux qui les financent, par les intérêts idéologiques en jeu et par les autres travers systémiques de l'organisation de la recherche ? C'est sur cet angle que le site s'est animé, ces derniers jours. Le journaliste Gilles Provost nous rappelle quelques cas où des chercheurs ont reconnu en privé l'influence de leurs sources de financement. Un commentaire très éclairant. Dans bien des cas, leurs recherches demeurent valables, mais ce sont les bailleurs de fonds qui ont fixé les angles de traitement prioritaires... et influencé les conclusions. Ce qui confirme l'analyse que nous proposait Florence Piron, dans son blogue sur le site de l'Agence Science Presse.

Si le cas de l'amiante fait maintenant partie de l'histoire, la controverse sur les effets (réels ou fictifs) des ondes électromagnétiques sur les cellules fait rage aujourd'hui. Il aurait été surprenant qu'elle ne s'invite pas sur ce site, avec l'échange entre le journaliste et éditeur André Fauteux et le physicien Yvan Dutil. Dans ce bébat comme dans les autres (l'amiante, le nucléaire, les gras trans...), la question fondamentale demeure la même : peut-on encore se fier aux scientifiques?

LE DÉBAT "SCIENCE ET FRAUDE" EST DIRIGÉ PAR QUÉBEC SCIENCE

Participez au débat

Choix de la rédaction

Marine Corniou, journaliste scientifique
Québec Science, novembre 2013
Marine Corniou, journaliste scientifique
Québec Science, novembre 2013
Marine Corniou, journaliste scientifique
Québec Science, novembre 2013
Maude Benoit, Université Laval et Université de Montpellier
Découvrir, le magazine de l'Acfas, avril 2013
Pascal Lapointe, journaliste scientifique
Agence Science Presse, mai 2013
Florence Piron, Information et communication, Université Laval
Blogue, Agence Science Presse, mars 2010
Pascal Lapointe, journaliste scientifique
Agence Science Presse, octobre 2013
- 23 Octobre 2013
Philippe Mongeon et Vincent Larivière, Université de Montréal
Découvrir, le magazine de l'Acfas,
- 11 Novembre 2013

Autres articles

Mélissa Guillemette
Le Devoir, février 2012
Adrienne Shnier et Joel Lexchin, Université York,
Le Devoir, Libre opinion, 26 juillet 2013