À qui appartiennent les données gouvernementales?

13 Février 2014

Crédits : Jacques Goldstyn

En date du 4 février 2014, le site de données ouvertes du gouvernement du Québec contenait 343 jeux de données, tous formats et tous sujets confondus. Le site de notre cousine de l’Ouest, la Colombie-Britannique, en contenait 3172. Oups… premier problème, le Québec accuserait un retard du côté diffusion!

Deuxième problème, l’accessibilité aux données géospatiales du gouvernement du Québec. Ces données doivent être achetées, souvent à fort prix, à la Géoboutique Québec. Ou encore, elles sont diffusées sur les portails de données géospatiales Territoires ou ACRIgéo, où les chercheurs y ont un accès très limité, ou nul. Il y a donc un réel frein aux travaux des chercheurs et à la bonification de la valeur qu’ils pourraient ajouter à ces données. Une perte pour le gouvernement, et donc pour nous tous. Ailleurs au Canada, ces données sont disponibles sur Internet gratuitement ou presque.

L’accès aux données gouvernementales n’est pas un enjeu secondaire. Il est essentiel à la bonne santé d’une démocratie. De plus, comme en témoigne ce papier de l’Agence Science-Presse, cette ouverture stimule l’innovation par tous et pour tous : entreprises, universités ou organisations de la société civile.

Comme producteur/utilisateur de données, faites-nous part de votre situation. Qu’est-ce qui peut retenir un gouvernement ? Qu’en est-il des données produites par les villes du Québec? Comme entrepreneur, organisation ou citoyen, vos besoins sont-ils satisfaits?

[Cette conversation s’inscrit dans le débat « LIBÉREZ LES CONNAISSANCES ». Vous pouvez prendre part aux deux autres discussions : Accès libre aux articles scientifiques et Accès libre aux données de recherche.]

LE DÉBAT "Libérez les connaissances!" EST DIRIGÉ PAR L'ACFAS - ASSOCIATION FRANCOPHONE POUR LE SAVOIR.

Participez au débat

Choix de la rédaction

Danny Raymond
Agence Science-Presse
- 3 Janvier 2013
Fabien Deglise, journaliste
Le Devoir
- 22 Février 2012

Autres articles

Association Science et bien commun
- 13 Février 2014